Textes récents
nous rejoindre
blancles Prémontrésblancactivtésblanctextes récentsblancliens
     

Image

Le bonheur
Charles Singer

Saisons

En mémoire de nos ancêtres
Denise Lamarche
Prières en gerbes

La rentrée (Catéchèses et liturgies au rythme de l’année)

Carême 2016

Noël de Marie

Qu’est-ce que c’est être Prieur?
Michel Proulx

Se mouvoir vers le Christ

Servir la vie à Pâques
Revue Chemins de Pâques

Jusqu’au bout
Revue Chemins de Pâques

Un amour porté par un grand désir

Une étoile nouvelle éclaira la terre
Saint-Augustin

Poème face à la mort
Saint-Augustin

La prière de C. Rochedieu

Le vraie Amour de René Pageau

Le prêtre d’aujourd’hui, doit-il toujours espérer ou avoir des doutes? Vincent Belandepame, O.Praem.

50 ans de vie presbytérale dans la communauté prémontrée

Mère de l'avenir
Prière de Jean-Paul II

Petit guide touristique religieux
Chapelle du monastère des Prémontrés

Spiritualité prémontré
temps du carême

Si c'était vrai?
Poème de Noël

Expérience de pentecôte (chapitre 2012)

Fondation de prémontré

La lectio divina

La liberté
Maurice Zundel

Marie, image de l'Église

La Mission de l’Ordre de Prémontré

Témoignage de frère Vincent

Revue Prémontré
(2008-2009)

lignes  

Un amour porté par un grand désir

Augustin est un être de désir
Son désir est tout entier orienté vers Dieu.

Tu nous as fait orientés vers toi, et notre coeur est inquiet tant qu’il ne repose pas en toi ! ( Confession livre 1, chap1,1)

 

L’homme est un être de désir plus qu’un être de devoir.
Rien de grand n’a jamais été accompli sans enthousiasme.
L’être de désir est un être vivant, la vie de Dieu passe à travers lui.
L’homme sans désir est comme un être mort, un être sans vie.
Je note que les Évangiles nous présentent beaucoup d’hommes et de femmes pleins de désir.

Quand notre vrai désir n’a pas atteint son vrai bien qui est Dieu, il entre dans un mouvement d’inquiétude de déséquilibre qui lui fait perdre son repos et sa tranquillité profonde qui lui donne la paix en profondeur.
Ainsi son vrai désir doit le faire passer de l’inquiétude à la quiétude.

Ainsi notre vrai désir nous interdit de nous arrêter en chemin.
Elle nous interdit d’oublier notre but.
Elle nous garde toujours en marche.
Elle nous met en mouvement vers Dieu et nous déloge de nous- même.
Elle nous fait sortir de nos fausses tranquillités, ainsi notre désir devient exigence d’authenticité pour devenir des êtres vrais.

Notre désir ne recherche que le repos en Dieu, elle ne désire plus autre chose. Ainsi l’inquiétude est le signe d’un déchirement qui nous divise entre l’extérieur et l’intérieur entre le monde et Dieu.
Deux amours nous convoquent : celle de Dieu, celle des hommes.

Deux amours ont donc fait deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité terrestre, l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité céleste. L’une le glorifie en elle- même, l’autre dans le Seigneur. L’une demande sa gloire aux hommes pour l’autre, Dieu témoin de sa conscience est sa plus grande gloire.

Cité de Dieu XIV,28

 

 
   

Les Prémontrés de Saint-Constant
Québec, Canada
www.premontre.ca