Textes récents
nous rejoindre
blancles Prémontrésblancactivtésblanctextes récentsblancliens
     

Image

Artisans de Paix
Denise Lamarche

Saint : Éveilleur
Charles Singer

La première découverte de la tendresse et de l'intimité
Solange Lefebvre-Pageau

Le bonheur
Charles Singer

Saisons

En mémoire de nos ancêtres
Denise Lamarche
Prières en gerbes

La rentrée (Catéchèses et liturgies au rythme de l’année)

Carême 2016

Noël de Marie

Qu’est-ce que c’est être Prieur?
Michel Proulx

Se mouvoir vers le Christ

Servir la vie à Pâques
Revue Chemins de Pâques

Jusqu’au bout
Revue Chemins de Pâques

Un amour porté par un grand désir

Une étoile nouvelle éclaira la terre
Saint Augustin

Poème face à la mort
Saint Augustin

La prière de C. Rochedieu

Le vraie Amour de René Pageau

Le prêtre d’aujourd’hui, doit-il toujours espérer ou avoir des doutes? Vincent Belandepame, O.Praem.

50 ans de vie presbytérale dans la communauté prémontrée

Mère de l'avenir
Prière de Jean-Paul II

Petit guide touristique religieux
Chapelle du monastère des Prémontrés

Spiritualité prémontré
temps du carême

Si c'était vrai?
Poème de Noël

Expérience de pentecôte (chapitre 2012)

Fondation de prémontré

La lectio divina

La liberté
Maurice Zundel

Marie, image de l'Église

La Mission de l’Ordre de Prémontré

Témoignage de frère Vincent

Revue Prémontré
(2008-2009)

lignes  

Quoi ? Lectio divina !

La lectio divina, ce n’est rien de compliqué! C’est tout simplement une lecture priante des textes bibliques. C’est une manière de prier avec les Saintes Écritures. La pratique de la lectio divina s’enracine dans la conviction que les textes bibliques, lus et accueillis dans la foi, permettent d’entrer en dialogue avec la parole de Dieu, d’alimenter et de creuser sa relation avec le Dieu vivant et avec le Christ ressuscité. Cette manière de lire la Bible était très populaire au Moyen-Âge, tout particulièrement dans les monastères de chanoines réguliers et de moines. Cette approche de la Bible a toujours fait partie de la vie de prière des personnes Lectio divinavivant dans les monastères et c’est ainsi qu’elle a traversé les siècles jusqu’à aujourd’hui. Depuis quelques décennies, la lectio divina s’est répandue dans divers milieux chrétiens en-dehors des murs des abbayes. Le dernier synode des évêques, qui s’est tenu à Rome à l’automne 2008 et qui portait sur la parole de Dieu, a justement chaudement encouragé tous les fidèles à s’adonner à la lectio divina.

Comment procède-t-on exactement pour faire de la lectio divina? On commence tout d’abord par choisir la portion de texte biblique sur laquelle va porter la lectio divina. On peut choisir un livre biblique (tel prophète de l’Ancien Testament ou telle lettre de Saint Paul) et opter pour la lecture d’un chapitre ou d’une partie de chapitre de ce livre. Et si on fait de la lectio quotidiennement, on passe ainsi à travers le livre tout entier, chapitre après chapitre, jour après jour. On peut aussi opter pour une lectio sur la base des textes prévus pour la messe quotidienne. C’est bon de déterminer combien de temps durera cette lectio: 20 minutes? Une demi-heure? Il est bon également de se choisir un moment tranquille de la journée pour pouvoir vivre cette démarche dans le silence, si possible. De se choisir aussi un lieu de la maison où l’on se sent bien, un lieu qui nous inspire la méditation et la prière.

Une fois que tout cela est établi, la première chose à faire est d’invoquer brièvement l’Esprit Saint. Lui seul peut faire résonner la parole de Dieu aux oreilles de notre coeur. Lui seul peut nous amener à entendre la voix du Dieu vivant à travers les mots de ces vieux textes. C’est Lui qui peut nous faire dépasser ce qui est purement humain pour nous permettre d’accéder à ce qui est de l’ordre du spirituel, du divin. On invite donc l’Esprit Saint qui nous habite déjà à nous mettre en communion, en relation avec le Seigneur. Cela peut se faire avec des mots tout simples. Ce peut être une prière qui ressemble à ceci: “Esprit Saint, viens ouvrir mon intelligence et mon coeur à la Parole. Donne-moi d’entendre et d’accueillir ce que Dieu veut me dire. Que la Parole vienne faire son oeuvre en moi. Qu’elle me guérisse, qu’elle me convertisse, qu’elle me sauve. Esprit Saint, aide-moi à vivre selon cette Parole que j’entendrai. Dispose-moi aussi à l’annoncer par mes actions et par mes paroles.”

Viennent ensuite les étapes de la lectio divina proprement dite: la lectio, la meditatio, l’oratio, l’actio. Le nombre et le nom de ces étapes peuvent varier selon les écoles de spiritualité.

À l’étape de la lectio, il s’agit de lire le texte et d’essayer de comprendre ce qu’il dit. Concrètement, on lit le texte lentement, avec attention. Il peut être utile de le lire plus qu’une fois. C’est l’étape où l’on essaie de comprendre le texte dans son contexte. C’est une étape qui peut demander une certaine dimension de travail intellectuel et de recherche. On aura peut-être besoin de lire des notes de bas de page pour comprendre telle ou telle expression. Il sera peut-être nécessaire de lire quelques lignes d’un commentaire ou d’un dictionnaire biblique pour comprendre le sens de telle coutume, de tel mot ou pour savoir ce qui se vivait à l’époque de la rédaction du texte.

À l’étape de la meditatio on médite sur ce que dit le texte, on médite en partant du texte, soit dans son ensemble ou sur un paragraphe ou même sur une seule phrase qui nous rejoint particulièrement. À cette étape, on fait des liens avec ce que nous vivons personnellement et/ou en Église. C’est l’étape où on essaie d’entendre ce que le texte a à me dire. C’est le moment où on se laisse personnellement interpeller par ce que l’on a compris durant la lectio. Comment cela s’applique-t-il à ma situation personnelle et à ce que nous vivons dans notre communauté chrétienne? Qu’est-ce que le Seigneur me dit? Est-ce une bonne nouvelle, une parole d’espérance? Le Seigneur m’appelle-t-il à quelque chose? Est-ce que je perçois des conversions à faire? En quoi le texte m’interpelle-t-il? La meditatio peut aussi me conduire à m’émerveiller de tel aspect du visage de Dieu ou du Christ?

À l’étape de l’oratio on prie sur la base de ce que l’on vient de méditer. Il peut s’agir de louer le Seigneur parce qu’on a pris conscience de sa miséricorde pour soi et pour l’Église. Il peut s’agir de demander à l’Esprit de nous aider à vivre les conversions auxquelles nous a conviés le texte. Il peut s’agir de demander à l’Esprit Saint de nous éclairer pour que l’on entende plus clairement l’appel qui a commencé à résonner aux oreilles de notre coeur. On peut aussi remercier le Seigneur pour ses dons que l’on voit avantage au terme de cette méditation. Bref, la prière peut prendre de multiples formes selon ce qui a été perçu dans la lectio et la meditatio.

Finalement, il y a l’étape de l’actio où il s’agit de laisser déborder la lectio divina dans le reste de sa journée. C’est une étape qui consiste à vivre concrètement en fonction des appels entendus, à adopter les attitudes proposées par le texte biblique sur lequel on s’est penché. Cela peut entraîner des conversions et des changements dans sa manière d’agir.

La lectio divina se vit habituellement de manière individuelle, mais elle peut aussi se vivre à deux ou en petits groupes.

Michel Proulx,
Chanoine Régulier de Prémontré
proulxprem@hotmail.com

 

 
   

Les Prémontrés de Saint-Constant
Québec, Canada
www.premontre.ca